logo Digitalia
Advanced Search
Qui perd gagne. Imaginaire du don et Révolution française

Qui perd gagne. Imaginaire du don et Révolution française

  • Author: Lafrance, Geneviève
  • Publisher: Presses de l'Université de Montréal
  • ISBN: 9782760621312
  • eISBN Pdf: 9782760625396
  • Place of publication:  Montréal , Canada
  • Year of publication: 2008
  • Pages: 357

Viewers online:

  • ReadSpeaker

    Download options

  • Adobe DRM Adobe DRM
    Checkout
    Non available
  • Available
  • Mode: Loan
  • Loan duration: 20 days
  • Permissions: Read
  • Format: PDF
Register for added functions

Caption:

Culture, politique, société, famille : la Révolution française marque un tournant sur tous les plans. C’est aussi vrai du don, puisqu’au lendemain de 1789 une question inédite se fait entendre. Qu’arrive-t-il quand ceux qui ont l’habitude de donner (les nobles) se retrouvent obligés, pour survivre, de recevoir les largesses d’autrui ? Pour répondre à cette question, Geneviève Lafrance a analysé la représentation des dons dans cinq romans parus à la fin du xviiie et au début du xixe siècle. Elle a aussi voulu savoir ce que pensaient les pouvoirs révolutionnaires de la bienfaisance, de la charité, de la dot, du legs. C’est du croisement de ces réflexions — les romanesques comme les juridiques — que naît l’étonnant portrait d’une époque où les dons sont souvent impuissants à rendre heureux ceux qui les reçoivent comme ceux qui les font. Chacun à sa manière, Gabriel Sénac de Meilhan, Isabelle de Charrière, Joseph Fiévée et Germaine de Staël mettent en cause l’idéal bienfaisant qui caractérisait le siècle des Lumières. Ils nous obligent par là à réfléchir à ce que donner veut dire, hier comme aujourd’hui. Geneviève Lafrance est chercheuse postdoctorale à Columbia University à New York. Elle a édité deux ouvrages collectifs et elle a publié des articles dans Voix et images, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, Annales Benjamin-Constant, Contextes et Cahiers staëliens. Qui perd gagne est son premier livre. En 2008, la thèse dont est tiré ce livre a reçu le Prix d’excellence de l’Académie des grands Montréalais dans la catégorie Sciences humaines et sociales, arts et lettres.